Amélie Delaunay

Amélie DELAUNAYAprès un parcours scolaire classique, elle obtient un baccalauréat littéraire au Collège Lycée Expérimental d’Hérouville où l’enseignement s’ouvre à d’autres territoires: la musique en orchestre, la percussion et surtout la possibilité de choisir, de se saisir de ce que l’on veut apprendre, de développer sa curiosité. Elle entre à l’Ecole des Beaux Arts de Caen en 2000 où elle sort 5 ans plus tard diplômée d’un DNSEP à base de dessins et de films d’animation à l’écriture minimaliste. Continuant le dessin dans ses carnets, elle part à l’école du sac à dos à Berlin, au Chili, et plus longuement au Brésil où elle apprends de nouveaux langages.

Au retour, elle intègre les « ateliers intermédiaires » à Caen et monte « Petites chroniques cosmogoniques », appel à projet de création numérique qui donnera lieu à un film dont la musique jouée en direct est laissée libre à l’improvisateur (réalisé au sein d’un centre de loisirs), puis « Enquête sur la recherche », jumelage d’éducation artistique où durant deux années elle questionne des étudiants chercheurs du laboratoire de neurosciences de Denis Vivien à Cyceron. Cette enquête est exposée en 2015 au sciptorium de l’hôtel de ville de Caen pour le salon du livre et à l’abbaye aux dames. Elle est actuellement en résidence au GANIL avec le projet de spectacle « Les atomes crochus » (jumelage d’éducation artistique) et à l’hôpital de Flers avec « Merci pour l’hospitalité » (culture santé). Elle privilégie désormais les collaborations artistiques : avec la compagnie sans soucis pour des films d’animation destinés au spectacle « Oscar », et les éditions La Renverse pour le quatre mains « Des îles au creux du ventre » au cotés de Benoit Lemennais.

Parallèlement elle continue la musique au sein du projet de musique brésilienne « Abat-jour et canapé » et en se formant en percussions corporelles. « Le cri des insectes » est sa première occasion de réunir le monde de la musique et celui du dessin, de jouer l’improvisation grâce aux manipulations en direct.